Quelle est la différence entre psychologie et sophrologie ?

Dernière mise à jour : 20 sept.


Différence psychologie sophrologie

Au cours de notre vie, nous sommes tous.tes confronté.es à des moments difficiles auxquels il est parfois compliqué de faire face seul.e : changement de vie, nouveaux défis, pathologie, maladie, deuil, rupture amoureuse, situations professionnelles ou familiales tendues, problèmes de gestion des angoisses, du stress, etc. Aussi, une aide extérieure doit ou peut parfois être envisagée comme une solution efficace pour se soigner, avancer ou surmonter cet état ou cette période ; en fonction de ses besoins, il est possible de se tourner vers différents spécialistes de santé comme les psychiatres, les psychologues ou encore vers certains professionnels en médecines douces, comme les sophrologues.

Difficile de s’y retrouver et de savoir à qui s’adresser ? Afin d’y voir plus clair, faisons le point sur les principales différences entre psychiatrie, psychologie et sophrologie ; des domaines très différents mais complémentaires.

Le psychiatre


Le psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie, habilité à poser un diagnostic clinique et à prescrire des médicaments psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques, etc.), essentiels dans le suivi de certains troubles psychologiques, de la dépression à des troubles psychiatriques graves.

Le psychiatre peut également utiliser la psychothérapie pour accompagner ses patients. Si ce n’est pas le cas de l’ensemble des psychiatres, ils ont cependant tous un rôle de coordination des soins. Ainsi, en fonction du diagnostic et des besoins du patient, leur objectif est d’aiguiller la personne vers des institutions de soin, des psychologues, d’autres praticiens de la santé mentale ou professionnels en médecines douces.


Le psychologue


Le psychologue a fait des études universitaires de psychologie. Il est généralement titulaire d’une spécialisation (psychologue pour enfant, psychologue du travail, etc.).

S’il n’est pas médecin, et ne peut donc pas prescrire de médicaments, il est habilité à pratiquer la psychothérapie sous différentes formes, selon sa formation (psychanalyse, thérapie systémique, thérapie cognitive et comportementale, thérapie neuro émotionnelle, etc.). Il est également compétent dans la rédaction des rapports d'expertise psychologique et dans l’établissement d’un diagnostic psychologique.


La psychiatrie et la psychologie peuvent donc parfois être complémentaires. Lorsque la question d’un traitement se pose, il faudra se tourner vers un psychiatre, seul à être habilité à prescrire des médicaments. Si on souhaite faire une psychothérapie, ou si elle est jugée nécessaire par un médecin / psychiatre, il faudra consulter un psychologue.

Le travail avec un psychologue, même s’il prend différentes formes d’une approche thérapeutique à une autre, a généralement pour but de chercher et de comprendre les raisons de ses troubles et de ses émotions. On explore le passé, l’inconscient, on observe ses schémas pour apaiser et créer le changement.


Le sophrologue : différence entre psychologie et sophrologie


Le sophrologue est issu d’une formation non universitaire, qui peut être reconnue ou non par l’Etat (titre RNCP). Il n’est ni psychiatre, ni psychologue, même s’il n’est pas rare que ces derniers se forment à cette méthode.

A la différence de la psychothérapie, la sophrologie est une thérapie psycho-corporelle qui s'intéresse au conscient : elle n’engage pas une analyse du passé du sujet, mais veut donner à chacun.e des solutions pratiques à l’apaisement de ses troubles.

Elle propose ainsi l’emploi de différents exercices, dont la relaxation dynamique et la sophronisation, inspirée de l’hypnose.


C’est une méthode de développement personnel qui se focalise sur l’apaisement des symptômes physiques et psychiques liés au trouble (tensions dans différentes parties du corps, nœuds à l’estomac, tristesse, confiance en soi etc.), mais aussi sur le renforcement des ressources positives personnelles, afin de retrouver un état de bien-être.


Les mouvements, la respiration, la concentration et les ressentis sont ici employés comme autant de moyens pour apaiser, énergiser, stimuler et provoquer le changement.

C’est une approche complémentaire à la psychothérapie, qui ne s’y substitue pas.