Hypnose et sophrologie : quelle différence ?

Dernière mise à jour : 20 sept.

Hypnose et sophrologie sont souvent évoquées comme ayant de forts liens de parenté, que ce soit dans les méthodes d’induction ou de travail thérapeutique. En effet, au-delà d’adresser des problématiques communes (gestion des émotions, angoisses, des phobies, des addictions, de la douleur, préparation mentale, etc.), ces deux disciplines ont toutes deux comme particularité d’induire des états modifiés de conscience : elles favorisent le passage à une attitude de repos, entre veille et sommeil, dans laquelle l’organisme à les moyens de se réguler lui-même.

Aussi, l’hypnose et l’état sophronique (dit aussi état sophroliminal) utilisent et boostent ces mécanismes qui assurent notre équilibre au quotidien.


De l’hypnose traditionnelle à l’hypnose Ericksonienne


L’hypnose traditionnelle, inspirée des enseignements de Charcot et Bernheim, et dont Freud était un fervent utilisateur, est directive, faisant preuve d’une certaine autorité.

Ainsi, le thérapeute émet des suggestions que le patient est censé intégrer au fil de la séance, dans une forme d'obéissance.

Erickson fait évoluer la discipline vers une pratique plus participative : dans un état toujours détaché de son environnement, le sujet en séance d’hypnose Ericksonienne “n’obéit” pas mais “répond” aux sollicitations du thérapeute. Ce dernier l'invite ainsi à explorer ses capacités et ressources personnelles afin de modifier certains schémas figés, lui permettant d’initier le changement souhaité et de retrouver un mieux être.


De l’hypnose Ericksonienne à la sophrologie


Comme l’hypnose Ericksonienne, la sophrologie invoque et stimule les moyens que le sujet à en lui pour changer.

La phase de sophronisation (exercice permettant d’atteindre l’état hypnotique) est ainsi directement inspirée de l’hypnose Ericksonienne : le sophrologue fait appelle à la créativité de l’inconscient, les visualisations, les ressentis psychiques et physiques pour activer les chaînes d’associations positives et faire émerger des mécanismes nouveaux.


Les autres outils de la sophrologie


En plus de ses racines Ericksonienne, la sophrologie utilise des exercices complémentaires qui aident à l’atteinte de l’état sophronique grâce à la détente musculaire et articulaires. Ces exercices dits de “relaxation dynamique” ont également pour objectif de travailler la conscience de son corps (proprioception), un des piliers de la conscience de soi.